Les meilleurs sets de festivals en 2018

Les meilleurs sets de festivals en 2018


2018 s'achève (déjà !), et comme toujours cela veut dire qu'il est temps de faire le bilan et de regarder nos souvenirs avec un brin de nostalgie en nous remémorant les temps forts de cette année de festivals.

Nous avons pu profiter de performances incroyables de la part de superstars revenant sur scène comme de débutants gagnants en popularité. Voici donc les dix sets qui resteront dans nos annales !

Certains se démarquent par leur côté absurde, agressif ou charmant, d'autres par leur tendance caustique, unique ou même iconique... mais une seule chose est sûre : tous font partie des meilleurs sets de l'année 2018 !


Arctic Monkeys, TRNSMT

 

Pendant que les fans attendaient avec impatience une suite dans la lignée du phénomène qu'a été AM, Alex Turner et compagnie ont surpris tout le monde avec Tranquility Base Hotel and Casino, son contenu rétro-futuriste et son côté jazzy... et dégoûté certains.

Pour leur retour triomphal au festival britannique TRNSMT, cependant, nos singes préférés ont prouvé qu'ils restent un groupe d'indie rock avec tous les tubes qu'il faut là où il faut. Allant jusqu'à initier un tour de chant avec leur single Four Out Of Five, leur setlist était parsemé de titres que nous avons fini par adorer. C'est comme s'ils n'étaient jamais parti !


Swedish House Mafia, Ultra Music Festival

 

Après des mois de rumeurs, les membres de la Swedish House Mafia se sont réunis avec une performance de tête d'affiche... et ce, au même festival que celui où ils s'étaient séparés : Ultra Music Festival. Les fans étaient fous ! Surtout que, si nous savons à présent qu'ils seront en tournée l'an prochain, ce n'était pas le cas l'été dernier.

Agrémentant leus sets de breaks rapide et de crescendos de trap-bass, Axwell, Sebastian Ingrosso, et Steve Angello ont fait vibrer leurs fans au rythme de tubes incontournables, comme Don't You Worry Child, Save The World et One, avant lequel ils ont terminé. Le trio a été fidèle a sa réputation, ce qui est sans aucun doute un facteur dans leur décision de se produire sous la forme de leur collectif EDM une fois de plus.


Stormzy, Wireless Festival

 

Avant d'être annoncé comme tête d'affiche pour le prochain Glastonbury, Stormzy avait enflammé la scène de Wireless Festival. On ne peut donc pas s'étonner qu'il ait attiré l'attion des Eavis.

Peut-être dopé par le fait que l'Angleterre ait atteint la semi-finale ce jour-là, Stormzy a surfé sur l'atmosphère euphorique, s'en servant comme plateforme pour sa performance. Après s'être attaqué à Teresa May et rendant hommage aux victimes de l'incendie de Grenfell, la présence de l'icône du grime a été magnifiée avec un orchestre et des effets pyrotechniques en arrière fond. De quoi découvrir l'album Gang Signs & Prayer d'une manière différente, et le public de quelque 50 000 personnes de Finsbury Park ne s'y est pas trompé, mêlant leurs voix pour Three Lions. Une journée exceptionnelle !


Charlotte De Witte, Tomorrowland

 

Il n'est pas étonnant que le set de Charlotte De Witte à Tomorrowland soit le plus populaire en ligne en dehors des têtes d'affiche ! Outre le design incroyable de la scène, son style de techno aussi rapide qu'intransigeant a enchanté le public malgré le temps gris.

Son charme naturel et sa connaissance des platines ont rendu ce show si infectieux et sont autant de facteurs à avoir contribué à faire de l'année 2018 une année marquée à l'encre rouge pour l'artiste belge.


DLES, Rock Werchter 

 

Le groupe phare de 2018 ! IDLES brandissent leurs perceptions sur le concept obsolète de la masculinité avec leur punk rock à grande vitesse, attirant un public de plus en plus grand et initiant des pogos lors de chacune de leurs apparitions sur scène.

Rock Werchter a donné une bonne idée de ce que seraient leurs concerts cette année ! On les y a vu portant des shorts de sports (sauf le guitariste Mark Browen qui ne portait que son slip kangourou) sous le soleil belge, jouant les titres de leurs albums Brutalism et Joy As An Act Of Resistance. Hurlant chaque mot et faisant du crowds-surf comme si c'était la première fois, les festivaliers souriaient de toutes leurs dents. C'est sûr, le punk est loin d'être mort !


Lorde, Primavera Sound

 

En 2019, un déluge de performances d'artistes féminines se répandra sur la scène Primavera Sound pour la première année qui verra une programmation respectant l'égalité des sexes. La nouvelle norme est en marche !

En ce qui concerne 2018, Lorde était l'artiste dont la performance est restée dans les annales. La pop star de Nouvelle-Zélande a en effet injecté du mélodrame et de la tranquillité dans les chansons de son dernier album, Melodrama. Mélangeant douces ballades et une personnalité enjouée, elle a été accueillie à bras ouverts à Barcelone, qui a fait danser le festival et jubiler le public !


M.I.A., Bestival

 

Après avoir sorti son documentaire MATANGI / MAYA / M.I.A. un peu plus tôt dans l'année, on aurait pu penser que la rappeuse aurait fait une pause dans ses performances live. Ce ne fut cependant pas le cas, comme le montre sa performance de tête d'affiche lors de la soirée de clôture de Bestival, qui était aussi rythmée et pleine de panache qu'à l'habitude de l'artiste.

Avec des morceaux choisis tels que Arular, Matangi et AIM, elle a fait rêver les festivaliers à l'aide d'une atmosphère festive et vibrante.


Travis Scott, Governor's Ball

 

Sans aucun doute l'un des rappeurs les plus connus en monde avant même la sortie de son troisième album Astroworld en août dernier, Travis Scott a cimenté son statut lors de Governor's Ball l'été dernier.

Entouré de flammes au début de son set, il a ainsi offert un contraste avec le temps pluvieux, emportant la foule dans une frénésie passionnelle et un aperçu de son prochain album avec Stargazing, avant de continuer avec Mamacita et 90210. Une performance exceptionnelle devant un public en adoration !


Bring Me The Horizon, Reading Festival

 

Chaque année, le festival propose un set secret qui est toujours l'un de ses temps forts : tous les festivaliers sont ravis de pouvoir dire "J'y étais !" à leurs amis, ce qui n'est pas forcément le cas avec les têtes d'affiche. Une règle qui n'a pas fait exception à Reading Festival, où le retour live de Bring Me The Horizon est loin d'être passé inaperçu dans la tente Radio 1 pendant l'après-midi.

Le groupe avait sorti son single Mantra seulement quelques semaines auparavant, ce qui n'a pas empêché les fans d'apprendre les paroles par cœur et de hurler chaque mot au leader Oli Sykes. Un set court mais génial de 40 minutes qui n'a fait que donner envie de plus. Heureusement, ils font partie des têtes d'affiche de l'édition 2019 d'All Points East.


Beyoncé, Coachella

 

Rentrant dans l'histoire comme la première femme noire à être en haut de l'affiche du festival californien au lieu de voler la vedette à quelqu'un, Beyoncé a sans doute fait rougir plus d'un promoteur en demandant pourquoi on ne le lui avait demandé il y a des années.

Avec un set de deux heures résonnant de tubes (comme Crazy in Love), la reine de la pop nous invite à danser, pleurer et rire. Elle a même invité ses amis des Destiny's Child Kelly Rowland et Michelle Williams pour une petite réunion au sommet, empreinte de nostalgie. Coachella aura bien du mal à trouver une tête d'affiche de son ampleur. Si ça ne tenait qu'à nous, on rappellerait Beyoncé !

 

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Festicket pour recevoir des offres exclusives et des recommandations directement dans votre boîte mail. Vous recevrez aussi par e-mail l'actualité du monde des festivals grâce à Festicket Magazine !