Search

fr / USD $

Entretien avec Miala, l'équipe derrière certains des meilleurs festivals d'électro en France


Miala, vous connaissez ? Non ? Que le nom ne vous dise rien n'est guère étonnant. Enfin, si vous êtes a) français et/ou b) un fan d'électro, vous connaissez sans doute leurs créations !

Cette agence de production organise en effet non seulement des événements, des concerts et des soirées en club tout le long de l'année mais aussi un nombre de festivals impressionnant.

Les Nuits Électriques de Lille est sans doute le fleuron de Miala depuis 2013. L'an dernier, ils ont décidé d'aller sur la côte en ajoutant Touquet Music Beach Festivalà leur palmarès, mais aussi un tout nouveau festival dans la ville du nord-est de la France qu'ils connaissent si bien.

Ce festival, sorti du même moule que Les Nuits Électriques, est nul autre que Les Nuits de la Filature. Avant sa seconde édition en avril prochain, le directeur artistique de Miala, Anthony Ferra a pris le temps de nous parler en détails de toute l'histoire.


Avant tout, félicitations pour la première édition réussie des Nuits de la Filature en 2017. Comment se passent les préparations de la seconde édition ?

Mieux que jamais ! Nous sommes très excités par la programmation et tout ce que nous avons prévu. Cette édition sera sans aucun doute excellente.

Nous devons aussi vous féliciter pour autre chose : la seconde place du festival sur l'article Les 100 plus belles affiches des festivals français en 2017 de Konbini, où figurent aussi Les Nuits Électriques et Touquet. Quelle importance donnez-vous à l'élément visuel ? Et que pensez-vous que cet élément dise sur le(s) festival(s) ?

Il me faut avant tout remercier Parade studio, notre agence de design depuis le début.

L'identité visuelle est définitivement un élément clé, car c'est la première chose que notre audience verra. Nos affiches sont donc toujours très sophistiquées. Parade est un partenaire de choix, en qui nous avons toute confiance et qui comprend parfaitement nos demandes.

Dans le cas des Nuits de la Filature, nous avions demandé quelque chose de graphique, coloré et dynamique. Nous faisons toujours une allusion cachée à l'origine des "Halls de la Filature", où le festival a lieu et qui est une ancienne fabrique de textiles.


Évidemment, Les Nuits Électriques est plus vieux et un peu mieux établi à présent. Il a lieu au même endroit que Les Nuits de la Filature à un autre moment de l'année. Voyez-vous les deux festivals comme faisant partie du même concept ou comme deux événements complètement différents ?

Notre concept, c'est... Non, pour être honnête, le seul concept, c'est que Les Nuits Électriques, qui a lieu en hiver a tellement de succès que nous avons décidé de créer une édition printanière, avec son propre nom.

Comme le festival a lieu au printemps, nous essayons d'avoir des artistes un peu plus pop et disco, mais au final, c'est toujours deux partys intenses et deux nuits d'électro !

Était-il plus facile de lancer un nouveau festival grâce à tout ce que vous aviez déjà en place, les contacts, les fans, le lieu par exemple ? Ou est-ce que vous vous êtes heurtés au mêmes obstacles que tous les organisateurs d'une première édition ?

C'était clairement plus facile comme nous connaissions l'endroit et notre public, mais chaque événement reste un challenge, même après de nombreuses années d'expérience.

Quelles étaient vos ambitions lors débuts du festival en 2017 et sont-elles toujours les mêmes cette année ?

Notre but était de continuer avec le succès des Nuits Électriques et de donner rendez-vous régulièrement à notre communauté.

En hiver : Les Nuits Éectriques
Au printemps : Les Nuits de la Filature
En été : Touquet Music Beach Festival

... et possiblement d'autres surprises !


Qu'espérez vous accomplir avec tous vos festivals et ceux ayant lieu à Lille en particulier, sur le long terme ? On dirait que vous êtes dans en passe de faire de la ville une destination incontournable pour les amateurs d'électro...

Nous faisons de notre mieux ! Lille est une ville très dynamique, tout comme toute la région des Hauts-de-France. Nous recevons des gens venus de Paris, de Belgique, du Royaume-Uni... tout le monde est le bienvenu !

Une grande partie de votre succès est évidemment dû aux artistes qui se produisent sur la scène de vos festivals. Comment créez vous la programmation de chaque festival ? Est-ce que vous réunissez l'équipe et faites une liste des artistes à avoir ?

Nous jouons à chifoumi (plus généralement connu sous le nom de pierre-feuille-ciseaux). Non, je plaisante ! C'est une discussion générale, avec une liste des artistes que nous voulons définitivement avoir, qu'il s'agisse de têtes d'affiches, de nouveautés, de découvertes et de locaux.

Ensuite, il faut gérer les disponibilités et les exclusivités, un vrai casse-tête chinois, mais le résultat est toujours un délice.

À quel point est-il facile (ou difficile) de trouver l'équilibre entre artistes connus mondialement et les talents locaux que vous voulez promouvoir ?

Il faut toujours avoir de grands noms, mais c'est les artistes que vous choisissez autour qui font la différence. Par exemple, on était les premiers à avoir Dixon et Jeremy Underground à Lille avant qu'ils ne soient à la mode. Pareil pour Motor City Drum Ensemble et Bjarki. Et nous représentons aussi notre propre répertoire, accueillant Jacques et Molecule pour leur premier show à Lille.

Nous nous devons de ne jamais oublier la scène locale : ils sont les racines de nos festivals, nous sommes chanceux de les avoir, ils sont les mieux placés pour les promouvoir. Il faut toujours supporter les gens du cru.

Charlotte de Witte, qui vient de l'autre côté de la frontière avec la Belgique et est l'une des artistes qui monte le plus vite en ce moment. Elle semble donc l'artiste parfait pour Les Nuits de la Filature cette année. Est-ce que l'inviter était une décision facile à prendre, sachant que vous l'aviez déjà reçu pour Les Nuits Électriques et Kolorz ?

C'était d'autant plus facile que nous la représentons pour la France ! Mais souvenez-vous, quand elle avait joué aux Nuits Électriques il y a deux ans, elle avait joué dans la petite salle avec Amelie Lens. L'atmosphère était complètement irréelle. Deux ans plus tard, les voilà têtes d'affiche de nombreux festivals de par le monde. Un véritable succès auquel nous sommes très fier de participer !

 

Sans vouloir trop en dire - il y a-t-il un artiste qui n'a pas encore été annoncé mais à propos duquel vous êtes excité ?

Nous venons d'annoncer la présence de M. Terrence Parker, le vétéran de la house de Détroit, plus connu sous le nom de "The telephone man". Restez à l'écoute nous allons dévoiler un nouveau show de lumières cette année avec un design de folie. Plus d'informations très bientôt.


Enfin, pour ceux qui n'ont jamais été à un festival, aux Nuits Électriques ou même à Lille... à quoi peuvent-ils s'attendre ?

À de la musique de choix, à un public amical et excité et à des nuits inoubliables.


Les Nuits de La Filature 2018 aura lieu les 13 et 14 avril.Réservez billets et hébergements ici et allez voir notre guide pour plus d'informations.

 

Vous aimerez aussi :

Vous avez une question ?

Consultez notre FAQ